Créer un site internet

C.G. Bjurström

Logo 3

Carl Gustaf Bjurstrom

Texte traduit du site : http://www.oversattarlexikon.se/artiklar/CG_Bjurstr%C3%B6m

Carl Gustaf Birger Bjurström - appelé "C.G." ou Gustaf d'amis et de connaissances proches - est né le 19 décembre 1919 à Rotterdam. Le père Birger Bjurström, avec sa femme, Thora, était conservateur de l'église de Paris à Paris et Gustaf a grandi à Paris mais a reçu une éducation suédoise. Au lycée, il a acquis un contact plus étroit avec la culture et la littérature françaises. Tout d'abord, il avait l'intention de devenir designer de livres (son oncle était l'artiste Tor Bjurström), mais l'avenir de la profession semblait incertain. Au lieu de cela, Gustaf s'est rendu en Suède en 1942 pour effectuer un service militaire et étudier à Uppsala. Là, il a également commencé à traduire, d'abord le drame de Jean Anouilh et plus tard de divers textes pour différents magazines tels que la Palette et le Gardien. Après un jeu intermédiaire en tant qu'accord honorifique dans l'héritage suédois à Rome en 1945-1946, il a pris un dossier. à Uppsala en 1947 et est rentré à Paris. En 1948, il épousa Inger, né Adner, et a eu deux fils, Henrik et Christopher.
 
Le premier roman Bjurström a traduit un barbar en Asie par Henri Michaux (en collaboration avec Tuve-Ambjörn Nyström, 1948). Puis il a continué à traduire certains de ses favoris, tels que Julien Gracq At The Sisters 'Beaches (1952) et Marcel Jouhandeau Porcelaine Sculpture et autres histoires (1953). Il a ensuite traduit de Gracq également un balcon dans les bois (1986) et la forme d'une ville (1989).
 
George Svensson, éditeur de Bonniers et rédacteur en chef du magazine littéraire de Bonniers, a employé Bjurströms kompetence à partir de 1947, et dans «Lettre de Paris» a été introduite une littérature française savante et enthousiaste pour un cercle de lecture suédois, dont Samuel Beckett en 1954 et «le roman "Alain Robbe-Grillet, Michel Butor, Nathalie Sarraute, Claude Simon et Claude Ollier en 1958. Entre 1951 et 1956, Bjurström a été le chef de l'Institut suédois à Paris et, en 1951, il a commencé à travailler chez Dagens Nyheter. Il a été mandaté par Bonniers et plusieurs autres éditeurs en dehors de la Suède pour être scout et donner des conseils sur les écrivains intéressants. Cela l'a amené à travailler ailleurs en introduisant et en traduisant la littérature suédoise et nordique en France. En plus d'une poésie, il a traduit entre autres Stig Dagerman, Lars Forssell, Lars Gustafsson, Harry Martinson, Jan Myrdal, Lars Gyllensten et Ingmar Bergman. Pour les lecteurs français, il a présenté Gunnar Ekelöfs Diwantrilogi (avec André Mathieu) et tous les tirages de Strindberg (en collaboration avec Arthur Adamov et Boris Vian), pour lequel il a reçu la Médaille Illis Quorum Profit en 1986, la huitième taille. Ensuite, il avait été nommé docteur honoraire à Uppsala en 1979. De plus, pour ses efforts en tant que médiateur de la littérature française, il a reçu la Légion d'honneur.
 
C'est principalement un traducteur du «nouveau roman français» que Carl Gustaf Bjurström se souviendra. Son échantillon collectif dans ce genre était le roman The Wind (1961) de Claude Simon, «la première mission vraiment géniale», comme il l'appela plus tard. Ma propre mère, Disa Törngren, directrice du département littéraire de la maison d'édition Geber, a reçu le conseil de Christer Jacobsson à Paris qui avait emprunté le manuscrit de Simon de l'éditeur Les Éditions de Minuit où une série de romancier sortit. Elle a contacté Bjurström et lui a demandé s'il voulait entreprendre la traduction. Ensuite, une collaboration longue et amicale a été lancée sur l'éditeur, qui comprenait non seulement les écrits de Simon, mais aussi les traductions de J.M.G. Le Clézios Febern (1966) et la rivière Synd (1968), le Robert Pingets Son (1965) et les "Modern Classics" Louis-Ferdinand Céline à la fin de la nuit (1971) et Death on Chalk (1977). Dans Gebers et plus tard la maison d'édition Norstedts, j'ai eu le plaisir de poursuivre la collaboration avec C.G. Bjurström jusqu'à la fin quand il est très malade à la fin de 2001 a quitté le manuscrit de ce qui devait être le dernier roman de Simon et la dernière traduction de Bjurströms, Jardin des Plantes (2002).
 
Jusque jusqu'au 80e anniversaire de 1999, Bjurström a été honoré d'une bibliographie compilée par Bodil Gustavsson et publiée par la Royal Library. La liste des articles, des essais et des traductions occupe des numéros 933 impressionnants.
 
En plus du roman du roman, Bjurström a également pris Albert Camus Sommar (1963), A Happy Death (1973) et The First Person (1997). Camus a appartenu à ses favoris et il a écrit un livre sur lui, Albert Camus. De l'extinction à l'exil, qui est sorti en 1957, la même année que Camus a reçu le prix Nobel. Il a également écrasé des classiques tels que Cousin Pons de Honoré de Balzac (1974) et A Foam History (1974) et Stendhals Lucien Leuwen (1993).
 
C. G. Bjurström a travaillé avec soin et consciencieusement avec ses traductions. En plus de trouver des faits fondamentaux et de travailler avec des problèmes linguistiques, stylistiques et structurels - comme chaque traducteur de textes plus littéraires doit faire - il a consacré beaucoup de temps et d'efforts à tenter de vivre avec le texte. Donc, par exemple, il se couchait sur le sol et lisait la traduction de Becketts. Comment c'est (1963) haut pour voir si ça se passait bien. Et les textes complexes de Simon, où différentes couches sont souvent effondrées, réparties sur le sol et marquées de couleurs différentes pour garder une trace de leur collage. La composition en forme de labyrinthe et fragmentée à la fois dans le temps et dans l'espace et le style extrêmement précis ont abordé la langue et l'esprit de commande de Bjurström. La représentation exacte d'un timbre dans l'un des textes de Simon pourrait l'attirer comme un chien de piste pour atteindre la bonne solution.
 
Pendant quatre décennies, Bjurström a travaillé avec le total de 13 romans de Simon, décerné le prix Nobel en 1985. Il est devenu un bon ami de Simon, qu'il considérait comme "le seul [auteur] pour qui j'avais osé parler" en privé ", il a écrit un certain nombre d'articles à propos des paroles de Simon et a également planifié un livre sur sa paternité qui n'a malheureusement pas été complété. Dans l'un des articles, il décrit les romans postérieurs de Simon comme une sorte de symphonie en plusieurs taux nettement marqués. "La difficulté du traducteur, écrit-il, est de passer d'un tempo à l'autre, d'un esprit à un allegro ou d'un presto à un long".
 
Dans l'article "The Worker of the Translator" (1978), Bjurström écrit sur le travail lent et difficile de créer un contexte significatif, un organisme du texte, "dans lequel le traducteur doit à la fois vivre" dans quelque chose qui n'est pas lui et acquérir un aperçu et une distance de leurs propres ressources ". Il termine l'article:
 
Les ambitions du traducteur sont les mêmes que celles de l'auteur. Est-ce qu'il échoue plus souvent? Ce n'est pas certain. Le plus haut qu'il puisse atteindre est d'être inclus dans l'histoire littéraire du pays à la langue de laquelle il traduit.
 
Compte tenu des réalisations que Bjurström a accomplies tout au long de ses années en tant qu'intermédiaire, médiateur culturel et, en particulier, en tant que traducteur, on peut affirmer qu'il s'est assuré d'une telle place dans notre histoire littéraire.
 
Carl Gustaf Bjurström a reçu le prix de l'écrivain littéraire suédois pour le culte littéraire en 1963 et 1972, le Prix Elsa Thulin 1968, le Prix littéraire 1973 de l'Académie suédoise, le Prix Letterstedtska 1975 et le Prix 1991 de l'Académie suédoise.
 
Erland Törngre
 
Can stock photo csp10154152
 
 
×