Robert Faurisson

 

Robert Faurisson, né Robert-Faurisson Aitken le 25 janvier 1929 à Shepperton, est un militant négationniste français.

Enseignant en lettres à l'université, il connaît un début de notoriété en publiant des études à vocation iconoclaste sur Rimbaud et Lautréamont. À partir de la fin des années 1970, sa négation du génocide juif et sa recherche de célébrité en font l'acteur continu d'une série de scandales et de procès médiatiques. Il devient en France, dans les années 1980 et 1990, une icône des négationnismes d'extrême droite mais aussi d'ultra-gauche puis plus largement, dans les années 2000, d'une partie de l'antisionisme, en Occident comme dans le monde arabo-musulman. Régulièrement dénoncé comme antisémite, Robert Faurisson est proche des milieux d'extrême droite, voire néonazis. Il a été condamné à plusieurs reprises pour « incitation à la haine raciale » et « contestation de crime contre l'humanité ».

Il ajoute au négationnisme fondateur de Paul Rassinier et de Maurice Bardèche, déjà consacré au mythe du « complot juif » destiné à culpabiliser les États occidentaux et à les contraindre à financer l’État d'Israël, la fixation sur le motif emblématique de la négation de l'existence des chambres à gaz. Il y contribue également avec l'apparente crédibilité d'une démarche hypercritique pseudo-scientifique, unanimement disqualifiée sur le plan académique. Qualifié de « faussaire de l'histoire » par Robert Badinter, il attaque ce dernier en diffamation mais est débouté par la justice qui acte cette qualification en 2007.