Nous allons ici copier la traduction de la Völuspa selon l'interprétation de Régis Boyer. Comme nous ne trouvons pas sa traduction sur internet, nous allons la recopier en prenant son ouvrage comme référence : L'Edda Poétique, aux éditions Fayard. Ce poème comptera 66 strophes une fois terminé. Pardonnez la lenteur de la rédaction.

 

1 - Silence je demande à tous

Les êtres sacrés,

Petits et grands,

Fils de Heimdallr ;

Tu veux, Valfödr, que moi

Je révèle

Les anciens récits des hommes,

Les plus reculés que je me rappelle.

Aegishjalmur

2 - Je me rappelle les géants

Nés à l'origine,

Eux qui, il y a bien longtemps,

Me mirent au monde ;

Neuf mondes je me rappelle,

Neuf étendues immenses

Et le glorieux arbre du monde

Enfoncé dessous terre.

Aegishjalmur

3 - C'était au premier âge

Où il n'y avait rien,

Ni sable ni mer

Ni froides vagues ;

De terre point n'y avait

Ni de ciel élevé,

Béant était le vide

Et d'herbe nulle part.

Aegishjalmur

4 - Puis les fils de Burr

Suscitèrent la terre ferme, 

Eux qui créèrent

Midgardr le glorieux ;

Du sud brillait le soleil

Sur le pavé de la salle,

Alors la terre se couvrit

De vertes feuilles.

Aegishjalmur

5 - Le soleil du sud,

Le compagnon de la lune

Étendit la dextre

Vers le rebord du ciel ;

Le soleil ne savait

Où il avait sa place,

La lune ne savait

Quelle force elle avait,

Les étoiles ne savaient

Où elles avaient leur site.

Aegishjalmur

6 - Alors tous les dieux montèrent

Sur les sièges du jugement,

Divinités suprêmes,

Et se consultèrent ;

A la nuit et à la lune décroissante

Ils donnèrent un nom,

Ils nommèrent le matin

Et le milieu du jour,

La fraîche et la brune

Et comptèrent le temps par années.

Aegishjalmur

7 - Les Ases s'assemblèrent 

Dans Idavöllr,

Tertres et temples

Ils y érigèrent ;

Forge placèrent,

Joyaux forgèrent,

Tenailles façonnèrent

Et firent les outils.

Aegishjalmur

8 - Aux tables jouèrent, dans le clos,

Joyeux étaient,

De rien ne manquaient

En fait d'or ;

Jusqu'au jour où parurent

Trois filles géantes

Toutes-puissantes

Venues de Jötunheimr.

Aegishjalmur

 9 - Alors tous les dieux montèrent

Sur les sièges du jugement,

Divinités suprêmes

Et se consultèrent

Pour savoir quel peuple

Les nains devaient créer

Du sang de Brimir

Et des os de Blainn.

Aegishjalmur

10 - Il y avait là Modsognir

Devenu le plus grand

De tous les nains

Et Durinn, le second ;

Des êtres à forme humaine

Ils firent en grand nombre,

Les nains dans la terre,

Comme Durinn le prescrivit.

Aegishjalmur

11 - Nyi et Nidi,

Nordri et Sudri,

Austri et Vestri,

Althjof, Dvalinn,

Nar et Nainn,

Nipingr, Dainn,

Bifurr, Bafurr,

Bomburr, Nori,

Ann et Onarr,

Ai, Mjodvitnir. 

Aegishjalmur

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07/12/2015