Ask et Embla

 

Header ecorce n2

Merci à l'excellent site ci-dessus pour le texte ci-après

 

Depuis la création du blog, je n’ai de cesse de faire des allers-retours dans diverses mythologies. quelques pages abordent la mythologie nordique : un article fut consacré au frêne Yggdrasil, d’autres évoquaient Odin ou Baldr.

Afin de vous présenter Ask et Embla, le premier couple d’humains créé par les Dieux, il me paraissait important de revenir sur la chronologie de cette fresque, où vous que le verrez, le destin de l’humanité fut intimement lié à celui des arbres.

« Le cosmos doit sa cohérence et sa solidité à un axe quasi inébranlable. Il s’agit d’un arbre gigantesque, un frêne askr (mais comme il nous est présenté toujours vert, certains auteurs parlent d’un if). Son nom est Yggdrasil, il est l’arbre-centre du monde, le support de l’Univers qu’il répète, résume et symbolise. Nous admirons sa majesté et sa puissance, mais nous le savons menacé comme le monde qu’il soutient. »

Au tout début était le Ginnungagap “le vide béant” :

C’était au premier âge
Où il n’y avait rien,
Ni sable, ni mer,
Ni froides vagues.
De terre il n’y avait pas
Ni de ciel élevé.
Béant était le vide
Et d’herbe nulle part.


(Völupsa, strophe 9, trad. Régis Boyer,
la religion des anciens scandinaves, pp-52&169.)

Mais ce vide béait entre les deux mondes, Niflheimr, la sphère du froid et de l’humide au nord, et Muspellsheimr, la zone de la chaleur, de la sécheresse au sud. La rencontre de ces deux éléments opposés va faire surgir le monde. Des glaces tombées de Niflheimr et du feu provenant du Muspellcheimr naît le géant hermaphrodite Ymir. C’est lui qui va, avec les membres de son corps, constituer l’univers.
Puis Ymir, en dormant, préside à la naissance de deux êtres, l’un masculin, l’autre féminin, tandis que des ses pieds il engendre un fils. Au bout de deux générations, apparaît la première triade de dieux, Odin, Vé et Vili.

« Odin, Vili et Vé sont aussi à l’origine de la création de l’homme. Ayant trouvé deux souches d’arbre le long du rivage de la mer, ils les façonnèrent pour former deux êtres humains (Ask : le frêne, et Embla : orme ou sarment de vigne). Odin leur donna le souffle et la vie, Vili l’intelligence et le mouvement, Vé l’apparence, la parole, l’ouïe et la vue. Ils leur donnèrent aussi des vêtements, et les nommèrent Ask et Embla. »

Toutefois, dans la Völupsa, c’est une triade de dieux différente qui crée les premiers êtres humains : si Odin en fait toujours partie, Vili et Vé sont remplacés par Hoenir et Lodur.

Ils n’avaient pas d’esprit,
Ils n’avaient pas de sens,
De sang ni de son,
Ni de saines couleurs,
Odhinn leur donna l’esprit,
Hoenir leur donna le sens,
Loedhir donna le sang
Et les saines couleurs.


(Völupsa, strophe 18, trad. Régis Boyer, – la religion des anciens scandinaves, p-48.)

« Les dieux, comme les humains, entrent dans l’âge du fer, dans le temps qui s’écoule irrémédiablement, ils sont placés devant la perspective de la catastrophe finale. Celle-ci est inéluctable. L’attente devant la fatale issue est inaugurée par l’injuste mort de Baldr. »

« Les trois coqs chantent frénétiquement. Le loup Fenrir secoue la chaîne que bientôt il réussira à rompre. Nous sommes arrivés jusqu’à l’époque du Raganarök, le “Jugement” ou “le Destin des puissances. »
Un hiver affreux s’établit sur l’univers (Fimbulvetr). Le soleil et la lune sont engloutis. Le grand arbre Yggdrasil est ébranlé. Puis c’est la libération des monstres, les Géants ont franchi l’Océan sur un navire fait des ongles des morts. Le grand serpent qui soutient le monde, Midhgardhsormr se secoue et sort de la mer, il provoque une inondation générale.”

« Non seulement le monde des humains est voué à l’anéantissement, mais la demeure des dieux est directement menacée. Le géant Surtr, à la tête de ses troupes, s’engage sur le pont-arc-en-ciel Bifröst. C’est le combat final, Odin est tué par le loup Fenrir ; Freyr subit le même sort, Surt a raison de lui. »

Forces de l’ordre et hordes adverses se massacrèrent, Thorr et Midgardhsorm s’entretuent. Le feu est seul vainqueur.

Le soleil s’obscurcit
La terre sombre dans la mer.
Les luisantes étoiles
Vacillent dans le ciel.
Ragent les fumées,
Ronflent les flammes.
Une intense ardeur
Joue jusqu’au ciel.


(Völupsa, strophe 57, trad. Régis Boyer, les religions de l’Europe du nord, p-489.)

« Le cataclysme n’est pas irrémédiable, la boucle se referme et le cycle recommence. Partis d’un âge d’or et nous revenons vers un âge d’or. L’humanité n’a pas été complètement détruite. Un couple d’humains Lif (”vie”) et Lifthrasir (”vivace”) qui s’était réfugié dans les racines d’Yggdrasil,  a survécu et permettra au monde de se repeupler d’humains. »

 


 

17 - Jusqu'à ce que trois Ases

Sortissent de la troupe,

Puissants et bienveillants :

Revenant à la maison.

Trouvèrent sur le sol,

De peu de force doués,

Askr et Embla

Privés de destinée.

Aegishjalmur

18 - Ils n'avaient pas d'esprit,

Ils n'avaient pas de sens,

De sang ni de son

Ni de saines couleurs ;

Odinn donna l'esprit,

Hoenir donna le sens,

Lodurr donna le sang

Et les saines couleurs.

 

Cliquez sur Völuspa pour l'intégralité (strophe 1 à 66)