Sagas des Islandais

 

Íslendingasögur

 

Les sagas des Islandais — également appelées « sagas de famille » — sont des récits se rapportant aux hauts faits d'un ancêtre ayant vécu aux Xe et XIe siècles en Islande. Leurs auteurs ne sont pas connus. Les héros de ces sagas sont généralement fameux en raison des expéditions vikings qu'ils ont menées ou de leurs qualités personnelles (sens de l'amitié, talent poétique, mœurs chevaleresques, etc.). Sur le mot islandais ci-après vous pourrez lire toutes les sagas islandaises dans leur langue d'origine. Íslendingasögur

Liste des sagas des Islandais :

Bandamanna saga

Bárðar saga Snæfellsáss

Bjarnar saga Hítdœlakappa

Brennu-Njáls saga

Droplaugarsona saga

Egils saga Skalla-Grímssonar

Eiríks saga rauða

Eyrbyggja saga

Færeyinga saga

Finnboga saga ramma

Fljótsdæla saga

Flóamanna saga

Fóstbrœðra saga

Gísla saga Súrssonar

Grettis saga

Grœnlendinga saga

Gull-Þóris saga

Gunnars saga Keldugnúpsfífls

Gunnlaugs saga ormstungu

Hallfreðar saga

Harðar saga ok Hólmverja

Hávarðar saga Ísfirðings

Heiðarvíga saga

Hrafnkels saga

Hrana saga hrings

Hænsna-Þóris saga

Kjalnesinga saga

Kormáks saga

Króka-Refs saga

Laxdæla saga

Ljósvetninga saga

Reykdœla saga ok Víga-Skútu

Svarfdœla saga

Valla-Ljóts saga

Vatnsdœla saga

Víga-Glúms saga

Víglundar saga

Vápnfirðinga saga

Þorsteins saga hvíta

Þorsteins saga Síðu-Hallssonar

Þórðar saga hreðu

Ölkofra saga

Catégories

  • Landnámabók

     

    Afficher l'image d'origine

    Une page d'un parchemin du Landnáma conservé à l'Institut Árni Magnússon à Reykjavik

    Le Landnámabók (« le livre de la colonisation » en français, souvent abrégé Landnáma en islandais) est un manuscrit décrivant de manière très détaillée la colonisation (landnám) de l'Islande par les Scandinaves aux IXe et Xe siècles.

    Le recueil commence avec l'établissement initial d’Ingólfur Arnarson à Reykjavik et ses prétentions sur les différentes parties de l'île. Le livre s’attache ensuite à tenir le compte des descendants des premiers colons, et retrace les généalogies familiales et les événements les plus importants jusqu’au XIIe siècle : plus de 3 000 personnes et 1 400 colonies sont nommément citées.

    Il dresse également la liste des 435 hommes qui seraient les colons initiaux de l'Islande, la majorité d'entre eux s'étant établis au nord et au sud-ouest de l'île. Ce livre demeure une source inestimable de renseignements sur l'histoire et la généalogie des Islandais.

    Trois manuscrits médiévaux du Landnámabók sont parvenus jusqu'à nous :

    - La plus vieille version, le Sturlubók de Sturla Thórðarson a probablement été écrite entre 1275 et 1280 et est la seule version complète.

    - La deuxième version, le Hausbók de Haukr Erlendsson a été écrite entre 1306 et 1308, mais n'est pas complète.

    - La troisième version, le Melabók date de 1313 et est probablement l'œuvre de Snorri Markússon. Cette version n'est que très fragmentaire, mais elle est la version qui reprend de la manière la plus pure le texte original.

    Par ailleurs, deux autres ouvrages de l'époque moderne contiennent également des versions du Landnámabók :

    - Des parties du Melabók se trouvent dans le Þórðarbók de Þórður Jónsson d'Hítaraldur, un texte du XVIIe siècle.

    - Björn Jónsson a écrit, avant 1636, le Skarðsárbók qui s'inspire à la fois du Sturlubók et du Hauksbók pour son texte.

    Les contemporains de l'auteur du Landnámabók faisaient déjà partie de la cinquième génération d'Islandais. L'enregistrement des faits avait jusque-là reposé sur la transmission orale, dont la fiabilité est passablement moindre plus de 200 ans après les faits. L'intérêt de cette société de propriétaires terriens pour la généalogie et les descendances est si forte, en raison des titres de propriété des terres, que le Landnámabók reste pourtant une source fiable. La première version du Landnámabók n'est pas parvenue jusqu'à nous. Elle a été établie au XIe siècle et il est admis que ce livre est l'œuvre d'Ari Þorgilsson ou, pour le moins, que celui-ci a participé à sa création.