Blog en Nord

 

 

 

 

- Archéologie,

- Cinéma, petit écran,

- Fêtes médiévales,

- Histoire,

- Littérature,

- Musique,

 

 

 

Islam de France ?

 

Des aménagements sans conditions et au bon vouloir de la République Laïque. Une religion qui s'ajouterait à la liste mais à la façon des islandais de l'an 1000 qui souhaitaient éviter une guerre de religions (panthéon nordique contre christianisme).

Voilà un islam de France illuminé et peu visible qui donnerait des leçons à l'islam arabe entre autres. Non à un islam arabe, un islam expurgé de l'élément arabe et sans le consentement arabo-musulman. Un islam soumis aux Etats laïques et non prosélyte. 

- Affirmation de l'égalité femme-homme,
- Éliminer les versets discriminatoires du coran, misogynie, christianophobie, judéophobie, homophobie, esclavage etc... et les versets belliqueux,

- Effacer la visibilité des nouvelles mosquées, ne plus ériger de minaret, et ne plus faire apparaître le croissant étoilé,
- Ne plus accepter d'imam étrangers ou ayant la double nationalité,
- Lecture, écriture et prêche en français - l'arabe n'étant pas une langue divine, jusqu'à preuve du contraire,
- Lecture seule du coran expurger sans référence aux Hadîth,
- Interdiction du voile sur le lieu professionnel, à l'école et à l'université,
- Interdiction du hidjab, de la burqa, de la djellaba dans l'espace publique,
- Les revendications halales interdites,
- Les sacrifices rituels interdits sauf symboliques,
- Excision et circoncision prohibées,
- Les étrangers souhaitant la nationalité française devront adopter un nom francisé et un prénom occidental comme nos compatriotes des Dom-Tom,
- Prosélytisme prohibé,
- Financement étranger des mosquées françaises interdit,
- Djihadisme traqué...

Un islam occidental et protestant où les pratiquants ne seraient pas obligés de s'agenouiller à pieds de chaussettes ni de se tourner vers la Mecque arabe. Non, les musulmans occidentaux auraient une Mecque symbolique made in Europe, avec un nombre de piliers encore à déterminer.   

Puis on peut également militer comme en Islande pour que l'Etat reconnaisse les anciens paganismes en pleine résurgence, et qui souhaitent revenir à la source. 

Suivez le lien : Emission intéressante

2 000 objets plurimillénaires

 

Runepinne 1024x683

Close-up of a walking stick with a runic inscription, radiocarbon-dated to the 11th century AD. Found in a glaciated mountain pass. Photo: Vegard Vike, Museum of Cultural History.

Deux spécialistes de l’archéologie glaciaire mènent depuis 2011 des recherches dans les montagnes enneigées de Norvège. Ils ont découvert de nombreux objets historiques, dont certains sont vieux de 6 000 ans

Chaque année depuis 2011, Lars Pilø et James H. Barrett montent deux équipes d’archéologues et de scientifiques. De la mi-août à la mi-septembre, ils emmènent leurs troupes au cœur des plus hautes montagnes du centre de la Norvège, dans le comté d’Oppland et le parc national de Johunheimen, à la recherche d’objets anciens enfouis dans les glaces.

Ces deux hommes pratiquent l’archéologie glaciaire. Ils dénichent des objets millénaires conservés par les glaces et libérés par le réchauffement climatique. En Norvège comme dans les Alpes ou en Amérique du Nord, les artefacts découverts par les chercheurs, nombreux témoignages de cultures éteintes, risquent l’oxydation et la dégénération dès qu’ils sont relâchés à l’air libre.

Le rôle de Lars Pilø et James H. Barett est de récupérer ces objets et de les mettre en lieu sûr rapidement. Ils ont récupéré plus de 2 000 artefacts jusqu’à aujourd’hui et certains d’entre eux datent de près de 4 000 ans av. J.-C. Parmi ceux-ci, on trouve des flèches, des habits, des restes de skis ou même des chaussures vieilles de 1 300 ans av. J.-C...

... James H. Barrett et Lars Pilø, qui est au demeurant codirecteur du Glacier Archaeological Program à l’Oppland County Council, s’interrogent ainsi sur une forme de schéma culturel des pratiques humaines en fonction des changements climatiques. Leur étude n’est pas disponible en ligne mais Lars Pilø a publié sur le site de la mission, Secret of the Iceun résumé détaillé de leurs résultats.

http://recherchespolaires.inist.fr/?Le-rechauffement-climatique-a

Les femmes ont participé à l'expansion viking

Sciences et Avenir, l'actualité de la science et la vie de la recherche dans le monde

Une étude sur l'ADN mitochondrial d'ossements anciens exhumés en Norvège montre que les Vikings ne laissaient pas leurs épouses à la maison pendant leurs campagnes guerrières.

PARITÉ. Et si l'expansion en Europe des Vikings avait tenu de l'escapade romantique entre amoureux plutôt que de la virée virile entre mâles ? C'est ce que suggère une étude du patrimoine génétique des anciens Scandinaves, qui révèle l'importance des femmes dans la colonisation des îles britanniques au Moyen-Âge.

L'ADN mitochondrial parle

Publiée le 8 décembre 2014 dans la revue Philosophical Transactions of the Royal Society B, l'étude porte sur le matériel génétique extrait de 45 spécimens exploitables d'ossements anciens exhumés dans le centre et le nord de la Norvège et datés entre l'an 793 et l'an 1066. C'est sur l'ADN mitochondrial, qui renseigne directement sur la généalogie maternelle, que les chercheurs se sont penchés. Il a été comparé à celui d'habitants de l'Islande médiévale ainsi qu'à celui de populations modernes d'Europe. Verdict : les femmes vikings ont joué un rôle central dans l'expansion et l'établissement en Atlantique nord. Les femmes des Orcades et des Hébrides extérieures ont en particulier contribué à la colonisation de l'Islande — un résultat qui contredit une étude de 2001, qui indiquait que les colons islandais avaient fait venir avec eux des femmes gaéliques.

Des stéréotypes à revoir

De quoi nuancer fortement l'image d'hommes vikings prenant de force des épouses locales au fur et à mesure de leurs raids meurtriers. Pour l'une des auteurs de l'étude, Erika Hagelberg, du département de Biosciences d'Oslo, la preuve est faite que "les femmes Nordiques ont participé au processus de colonisation. Un nombre significatif d'entre elles a été impliqué dans l'établissement sur les petites îles." Et Jan Bill, professeur d'archéologie viking et conservateur au Musée d'Oslo, qui a également participé à ce travail, va même plus loin : "On sait qu'ils transportaient du bétail, donc pourquoi ne pas emmener les enfants avec eux aussi ? Je pense que nous avons affaire à des groupes familiaux, pas seulement des femmes et des hommes adultes." La colonisation viking aurait donc été une véritable entreprise familiale. Par Laurent Brasier.