Statue de Nantosuelte et Sucellus à Sarrebourg

Dans la mythologie celtique, Nantosuelte ou Nantosuelta, était une déesse de la nature, de la terre, du feu, et de la fertilité. Le culte de cette déesse est attesté par des statues, et par des inscriptions. Elle est parfois associée à Sucellus.

Dans le bas-relief ci-contre de Sarrebourg, Nantosuelte, vêtue d'une robe longue, est debout à la gauche. Dans sa main gauche, elle tient un petit objet en forme de maison, avec deux trous circulaires et un toit pointu. Elle est la parèdre du dieu au maillet, Sucellus et à ce titre porte une ruche où s'élabore le miel du meth.

Sur le monument figure deux divinités, le dieu au maillet (Sucellus) avec ses attributs ordinaires, maillet et olla; une déesse qui tient de la main gauche, levée dans un geste répétant celui du dieu, une hampe surmontée d'un édicule et fait de la droite, une patère avec une libation sur un autel. Au-dessous, un corbeau ; au-dessus une inscription DEO SVCELLO NANTOSVELTE BELLAVSVS MAS SE FILIVS V S L M

Cette sculpture a été datée par Reinach (1922, pp.217-232), de par la forme des lettres, de la fin du Ier siècle ou le début du IIe siècle.

Un autel de Metz a une sculpture d'une femme avec une robe similaire à l'exemple de Sarrebourg, qui abrite aussi une petite maison sur un poteau, donc présumée être Nantosuelte. Sucellus ne figure pas sur cet exemple. Elle a été associée à la corne d'abondance.

L'inscription sur l'autel de Sarrebourg se lit comme suit :

Deo Svcello /

Nantosvelte /

Bellavsvs Mas /

se Filivs V(otum).S(olvit).L(ibens).M(erito)

Pour Sucellus et Nantosuelta, Bellausus, fils de Massa, a volontairement et à juste titre accompli son vœu.

Des études récentes affirment que Nantosuelte signifie «vallée chauffée par le soleil».

Nantu ou Nanto en gaulois signifie une vallée, comme on le voit dans le glossaire de Vienne, dans les toponymes tels que Trinanto (trois vallées), Nantiacum, Nantu-ialon (vallée de la lumière), Diou-Nanto (vallée sacrée), Nant-Aror sur la tablette de zinc de Berne, dans les noms de personnes tels que Nantonos, et dans l'inscription de Cajarc (RIG L-49) à Nantou uertamon (s) (à la tête de la vallée) (Delamarre p. 231). Le nom passé en latin vulgaire est conservé dans certains dialectes français tels que ceux de la Savoie, où "vallée" en est venu à signifier la rivière qui coule dans la vallée, ou d'un torrent (Delamarre p. 232). Le même double sens se trouve plus tard dans les langues celtiques. 

Swel fait référence au soleil (Le Roux p.93 ; Olmstead pp.302-303 ; Polomé p.738).


 

Sucellus

Statuette en bronze au Musée d'archéologie nationale.

Statuette de Sucellus, dieu gaulois - Sauvat, Tour-sur-Rhône, Bouches-du-Rhône, France - II ou III ème siècle ap. J.C.

Sucellos, latinisé en Sucellus, est une divinité de la mythologie celtique gauloise.

Le nom du dieu signifierait « bon frappeur » ou « tape dur ». Le théonyme est composé du préfixe su- qui signifie « bon, bien » et de cellos qui désigne le marteau (ou frappeur).

Ce dieu n’est connu qu'en Gaule et tous les éléments le concernant (représentation sur une monnaie des Unelles, quelques inscriptions et des statuettes en bronze) sont d'époque gallo-romaine. Il apparaît comme âgé et barbu, vêtu à la gauloise d'une longue blouse serrée à la taille et de braies collantes, parfois avec des bottes. Outre le maillet, il est représenté avec des ustensiles alimentaires : chaudron, tonnelet, amphore vinaire. Il arrive que le maillet soit remplacé par une faucille et que le pied du dieu soit posé sur un tonnelet. Il est parfois accompagné d'un chien.

Sucellos a été honoré par les bûcherons, les brasseurs, les tonneliers, les carriers, les constructeurs de radeau.

Comme le Dagda, Sucellos est le dieu qui tue et qui ressuscite avec son maillet, qu’il tient dans la main gauche. Il se tient droit, le pied reposé sur un tonneau, symbole de la survie.

Sucellos est une divinité champêtre, un dieu pastoral, protecteur des récoltes et des troupeaux. Sucellos est un dieu "dispensateur d'aliments". Il est le détenteur de la prospérité, symbolisée par cet autre attribut qu’est le chaudron, dans sa main droite. C’est un dieu de la nature nourricière, des forêts et des plantations.

Sucellos est aussi considéré comme le dieu de la bière.

Sa parèdre est Nantosuelte, qui est une représentation de la fécondité. Sucellos et Nantosuelte sont associés sur un autel découvert à Sarrebourg et sur lequel on peut lire l'inscription suivante :

Deo Svcello /

Nantosvelte /

Bellavsvs Mas /

se Filivs V(otum).S(olvit).L(ibens).M(erito)

Ceci peut être traduit : "Pour le dieu Sucellos et Nantosuelte, Bellausus, fils de Massa, a volontairement et à juste titre accompli son vœu".

Sucellos est un dieu gaulois. De fait, il semble avoir été particulièrement honoré en Rhénanie et dans la partie orientale de la Gaule, en Narbonnaise, à l'époque gallo-romaine.

Sucellos est l'équivalent gaulois du dieu irlandais Dagda, sans en être l'exacte réplique. En effet, en tant que dispensateur de richesses, protecteur de l’artisanat et de l’agriculture, il relève de la troisième fonction productrice (les deux autres étant la classe sacerdotale des druides, et la classe des guerriers), alors que Dagda, dans la tradition irlandaise, relève de la première fonction, dite sacerdotale.

- Il a été assimilé au dieu romain Sylvain, dieu de la végétation, surtout en Gaule Narbonnaise.

- Paul-Marie Duval a émis l'hypothèse d'une proximité avec un autre dieu souverain latin, Dis Pater.

- Anne Lombard-Jourdan l'analyse en avatar du dieu Cernunnos.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/08/2016